• 0

De la nécessité de promouvoir la consolidation de la paix chez la jeunesse et les professeurs

La propagande et l’argent utilisés pour attirer les jeunes dans des groupes extrémistes violents tels que Al-Shabaab en Afrique de l’Est, Boko Haram au Nigeria et le groupe rebelle M23 en République démocratique du Congo doivent être mis au défi avec l’un des outils les plus puissants de l’humanité: l’éducation. Avec l’agitation qu’engendrent les conflits en cours et la dévastation ajoutée des catastrophes naturelles, la pauvreté et les attaques contre les établissements d’enseignement, comment accéder et fournir une éducation de qualité pour tous dans la Corne de l’Afrique et dans les régions environnantes ?

Une stratégie implique de responsabiliser les jeunes et de les guider pour être des agents de paix, comme l’a décrit la publication récente de la publication de GEM Report. Ils peuvent apprendre des outils pratiques pour des interactions positives à travers le dialogue et la collaboration, et peuvent apprendre les racines de la violence latente et manifeste afin qu’ils puissent mieux réagir avec conscience et empathie.

Compte tenu de cet objectif, l’IICBA de l’UNESCO a lancé en février 2017 un projet de formation et de perfectionnement des enseignants pour la consolidation de la paix dans la région de la Corne de l’Afrique et des pays environnants avec le soutien du Gouvernement japonais.

En renforçant la capacité des enseignants du secondaire par la formation et le développement en Érythrée, en Éthiopie, au Kenya, en Somalie, au Sud-Soudan et en Ouganda, le projet investit dans la jeunesse, en leur offrant des solutions de rechange à l’intolérance et à l’extrémisme violent. L’objectif à court terme du projet est de former 8 000 enseignants du secondaire dans les six pays grâce à un modèle de formation des enseignants et des enseignants en cascade.

Afin de lancer ce projet, une première réunion de planification a eu lieu en avril à Nairobi, qui a été suivie d’une autre réunion en juin avec des représentants des ministères de l’éducation, des éducateurs et des formateurs d’enseignants à Addis-Abeba, en Éthiopie.

En août, trois représentants de chacun des pays participants, y compris les enseignants du secondaire, se rendront à Tokyo et à Hiroshima au Japon pour une visite d’étude comprenant une formation spéciale et des discussions au Centre de coopération internationale en éducation de l’Université d’Hiroshima et à la cérémonie commémorative de la paix Le 6 août, commémorant les victimes des bombes atomiques. Grâce à ce dialogue interculturel et à l’expérience d’apprentissage à côté de ceux pour lesquels la paix est à un prix élevé, les acteurs politiques et les éducateurs de la Corne de l’Afrique et des pays environnants développeront une autre couche de compréhension pour les ramener à leurs ministères, instituts de formation et salles de classe .
Le rapport GEM de 2016 a montré comment les progrès et la durabilité de l’ensemble du programme SDG sont étayés par l’éducation. Afin de percer des conflits persistants et apparemment sans fin, les systèmes éducatifs dans la Corne de l’Afrique et les pays environnants ont besoin d’urgence d’enseignants formés pour embrasser la diversité des besoins éducatifs des jeunes. Cela comprend l’augmentation de la capacité des jeunes à contester les croyances de confrontation et à s’engager avec d’autres personnes en utilisant les compétences de consolidation de la paix.

Cet article est à retrouver en anglais dans son intégralité ici sur le World Education Blog.

 


Leave a Reply

Traduire le site

ArabicBosnianChinese (Traditional)EnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanishTurkishXhosa

Que recherchez-vous?