Campagne auprès de l’UNESCO

 

La Coordination internationale pour une culture de non-violence et de paix souhaite que les délégations permanentes de tous les pays représentés à l’UNESCO adoptent une Proposition de déclaration sur le droit des enfants à une éducation sans violence et à une éducation à la non-violence et à la paix lors du vote des États membres lors de la Conférence Générale.

La PropositionCampagne : Questions & Réponses

Que demandons-nous ?

Nous souhaitons que la Conférence générale de l’UNESCO adopte une déclaration sur le droit des enfants à une éducation sans violence et à une éducation à la non-violence et à la paix, dans le cadre de la Décennie internationale de la promotion d’une culture de la non-violence et de la paix au profit des enfants du monde (2001-2010), proclamée par l’Assemblée générale de l’ONU le 19 novembre 1998. A cet effet, nous avons rédigé une Proposition de déclaration internationale sur le droit des enfants à une éducation sans violence et à une éducation à la non-violence et à la paix. Ce texte a été adopté par les différentes organisations membres de la Coordination internationale réunies en Assemblée générale le 5 juin 2007. Il a reçu le soutien actif de plusieurs personnalités dont Elise Boulding, Hildegard Goss-Mayr, Federico Mayor Zaragoza et Mgr Desmond Tutu, qui ont contribué par leurs commentaires à l’amélioration du texte. Nous proposons aux associations et organisations qui le souhaitent de s’associer à cette campagne en manifestant leur soutien et en interpellant leurs gouvernements respectifs sur ce sujet.

Pourquoi promouvoir le droit à une éducation sans violence et le droit à une éducation à la non-violence et à la paix ?

Le recours à la violence est encore trop souvent légitimé, en particulier dans l’éducation des enfants, à travers les châtiments corporels et les punitions humiliantes (physiques et psychologiques). Nous avons la conviction que les enfants du monde entier ont le droit fondamental de ne pas être battus, ni humiliés, tant par leurs proches qu’à l’école. Nous avons la conviction que tout enfant a fondamentalement le droit de recevoir une éducation qui lui permettra de gérer les conflits sans violence. Or, ces deux droits ne sont pas aujourd’hui reconnus explicitement, ni dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme, ni dans la Convention internationale des droits de l’enfant. C’est l’éducation qui pourra permettre une transition d’une culture de violence à une culture de non-violence et de paix. L’idée fondamentale de la Décennie est qu’on ne peut développer une culture de non-violence et de paix sans enseigner aux enfants la pratique de la non-violence et de la paix. Pour permettre l’apprentissage de telles valeurs, il nous semble indispensable de bannir toute forme de violence dans l’éducation des enfants. C’est pourquoi notre Proposition défend conjointement le droit des enfants à une éducation sans violence et le droit des enfants à une éducation à la non-violence et à la paix.

Quel est l’objectif d’une telle éducation ?

L’objectif de l’éducation à la non-violence et à la paix est l’acquisition par les enfants d’un savoir, d’un savoir faire et d’un savoir être leur permettant de cultiver des relations pacifiques, coopératives, solidaires et fraternelles avec les autres enfants et avec les adultes et de développer des aptitudes citoyennes les rendant acteurs de la vie démocratique de leurs sociétés. L’éducation de l’enfant devrait tendre à préparer l’enfant à gérer les inévitables conflits en le faisant bénéficier d’une éducation concrète à la non-violence et à la paix durant tout le cursus scolaire et parascolaire, valorisant la relation de confiance et la reconnaissance de l’humanité de l’autre.

Pourquoi faut-il une déclaration à l’UNESCO ?

L’adoption de cette déclaration à l’UNESCO constituera une étape importante pour la protection de l’enfance et la promotion d’une culture de non-violence et de paix, en invitant chaque Etat à incorporer explicitement ces droits dans sa propre législation. Il n’est pas suffisant que seulement un ou plusieurs pays proposent une éducation à la non-violence à travers des déclarations ou lois nationales. Il s’agit véritablement d’un enjeu international, dans un monde globalisé qui connaît une grande mobilité des personnes et des conflits. La Déclaration que nous proposons aidera tous les pays à se mettre en route et créera une émulation entre eux. Elle permettra, selon les principes du droit international, de promouvoir ces nouveaux droits pour tous les enfants, où qu’ils se trouvent.

Comment faire adopter cette déclaration ?

La Campagne de la Coordination internationale vise à convaincre le plus grand nombre d’Etats de voter en faveur de cette Proposition de déclaration lors d’une Conférence générale de l’UNESCO. Le succès de cette Campagne dépend de la capacité de la société civile à convaincre le plus grand nombre d’organisations et de personnalités de soutenir la Proposition de déclaration. Il est capital que toutes les institutions sociales, la famille et les médias, incluent l’éducation à la non-violence et à la paix dans leurs activités spécifiques d’éducation dispensées aussi bien dans le cadre scolaire que non scolaire, comprenant ainsi l’éducation à la non-violence et à la paix dans son sens le plus large. Les médias par leur rôle dans l’éducation, dans l’information et dans la culture, doivent être invités à promouvoir l’éducation à la non-violence et à la paix. Ils ont à participer à une telle éducation des enfants. Un réseau mondial de sites internet multilingues, mais aussi différents outils médiatiques disponibles, tels que les médias audiovisuels, la presse écrite, aussi bien que les nouvelles formes de communication en ligne, doivent être sollicités pour collaborer à cette action de la création d’une culture de la non-violence et de la paix.


Traduire le site

ArabicBosnianChinese (Traditional)EnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanishTurkishXhosa

Que recherchez-vous?