Charte éthique

 

« C’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix » – Extrait de l’Acte constitutif de l’UNESCO du 16 novembre 1945.

Fondée en 2003 pour promouvoir la Décennie internationale pour la promotion d’une culture de non-violence et de la paix au profit des enfants du monde (2001-2010) de l’ONU, la Coordination internationale pour une culture de non-violence et de paix rassemble des associations internationales et des coordinations nationales qui veulent participer activement à l’avènement d’une culture mondiale de la non-violence et de la paix.

Vers une culture de la non-violence et de la paix

Dans l’histoire de l’humanité jusqu’à aujourd’hui, la culture de la violence qui justifie et valorise le recours à la violence sous ses formes personnelles, structurelles, sociales et/ou culturelles, a été et est toujours prédominante, même si bien des tentatives pour s’en échapper ont marqué l’histoire humaine et si de nombreuses règles ont été posées pour limiter cette violence.

L’humanité est aujourd’hui confrontée à l’urgence de sortir de cette culture de violence et à la nécessité de renforcer et de développer une culture de non-violence et de paix, seule capable d’assurer des conditions dignes de vie aux habitants de notre planète et aux générations futures.

Cette culture de non-violence est fondée sur le respect de la vie et de la dignité de chaque être humain, sans exception. Pour construire cette culture, tout doit être entrepris pour délégitimer et combattre la violence sous toutes ses formes, y compris la surveillance des groupes et des personnes, le militarisme – présent jusque dans la vie quotidienne – et la guerre.

La gestion non-violente des conflits vise la recherche de solutions positives qui permettent de sortir de la spirale de la violence et de créer les conditions d’une réconciliation et de relations nouvelles, basées sur la justice, l’inclusivité et la solidarité.

Cela implique que les individus et les groupes découvrent la force de la non-violence et soient formés à ses méthodes.

Cela suppose également une éducation qui développe la capacité de formuler des choix informés, responsables, autonomes, justes socialement et éthiques, et de poser des actes de conscience.

Pour cela, la transformation non-violence des conflits et le respect et la promotion des Droits humains doivent être enseignés et mis en pratique dès le plus jeune âge, dans les familles, dans les communautés, dans les écoles et dans tous les établissements d’enseignement et de formation.

Dans cette culture de non-violence, toute forme de discrimination est combattue. L’égalité des droits entre les personnes, les valeurs et les procédures démocratiques, le respect des diversités culturelles sont des priorités essentielles.

Les biens et les ressources sont exploités avec la modération nécessaire pour permettre de préserver les conditions de vie dignes pour les générations futures sur une planète vivable. Les biens et les ressources doivent également être partagés de la façon la plus équitable possible dans le cadre d’une économie orientée vers la satisfaction des besoins vitaux de tous.

Une citoyenneté mondiale, responsable et démocratique, alliée à une transparence des institutions politiques et financières, est une condition nécessaire au développement de la culture de non-violence et de paix. Le désarmement et la prévention des conflits sont recherchés, tout comme le remplacement de la solution militaire des conflits par le développement de l’intervention civile.

Fortes de leurs enseignements et de leur autorité morale, les sagesses traditionnelles, les croyances, les spiritualités et les religions jouent un rôle déterminant dans l’édification des cultures humaines pour fournir un appui à la culture de la non-violence et de la paix.

Engagements de la Coordination internationale

La Coordination internationale entend participer à l’avènement de cette culture de non-violence et de paix dans les différents domaines d’engagement de ses associations membres, y compris l’éducation, la culture, les sciences, la communication et l’information.

Pour cela, elle s’engage, directement ou à travers ses associations membres, dans un dialogue constructif avec les Etats et les diverses institutions internationales (comme l’ONU et ses agences, le Conseil de l’Europe ou l’Union africaine) dans le cadre des représentations qui leur sont accordées et reconnues par ces instances intergouvernementales et leurs agences spécialisées.

La Coordination et ses associations membres conduisent de façon quotidienne des actions qui visent à créer les conditions concrètes du développement de cette culture de non-violence et de paix dans les différentes régions du monde. Elles veulent tisser un véritable réseau mondial de promotion de cette culture de non-violence et de paix dans ses divers aspects.

La Coordination internationale veut également apporter sa contribution à cette culture de non-violence et de paix en promouvant une formation et une éducation à la non-violence et à la paix. Elle entend en particulier donner la parole aux jeunes, leur permettre de développer leurs compétences et leur offrir la possibilité et les ressources en formation nécessaires afin qu’ils puissent être pleinement acteurs du développement de cette culture de non-violence et de paix, y compris dans les situations de post-guerres et de conflits sociaux.

Les organisations signataires de cette charte éthique s’engagent à respecter l’esprit de cette charte, tant dans les actions extérieures que dans le fonctionnement interne et collectif de la Coordination internationale pour une culture de non-violence et de paix.

Adoptée par l’assemblée générale du 21 novembre 2014


Traduire le site

ArabicBosnianChinese (Traditional)EnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanishTurkishXhosa

Que recherchez-vous?