Membres d’honneur

 

Membres d’honneur

  • Anwarul Karim Chowdhury, Ancien Secrétaire Adjoint et Haut représentant de l’ONU
  • Hildegard Goss-Mayr, Prix Niwano de la Paix 1991
  • Samuel Kobia, Ancien Secrétaire général du Conseil Œcuménique des Eglises
  • Dalai Lama, Prix Nobel de la Paix 1989
  • Mairead Maguire, Prix Nobel de la Paix 1976
  • Cardinal Renato Martino, Ancien Président du Conseil Pontifical Justice et Pai
  • La reine Nour de Jordanie
  • Adolfo Pérez Esquivel, Prix Nobel de la Paix 1980
  • Andrea Riccardi, Fondateur de la Communauté de Sant’Egidio
  • Desmond Tutu, Prix Nobel de la Paix 1984
  • Federico Mayor Zaragoza, Président de la Fondation Cultura de Paz (Espagne)

Ont été membres

  • Elise Boulding (1920-2010), Ecrivaine
  • Marshall B. Rosenberg (1934-2015), Fondateur du Centre pour la Communication Non Violente (Etats-Unis)
  • Docteur Joseph Rotblat (1908-2005), Prix Nobel de la Paix 1995

 

Anwarul K. Chowdhury, Ancien Secrétaire Adjoint et Haut représentant de l’ONU

 

Chowdhury est un diplomate du Bengladesh né en 1943. Il étudie l’histoire contemporaine et les Relations Internationales à l’Université de Dhaka dont il sort titulaire d’une Maitrise.

En tant que diplomate il a été Représentant Permanent du Bangladesh auprès des Nations Unies, Président du Conseil de Sécurité de l’ONU, Président du Conseil d’Administration de l’UNICEF, Sous Secrétaire Général de l’ONU.

Il est une figure dévouée pour le développement durable, promouvant avec ardeur la cause globale du mouvement pour une culture de paix. Il a été l’une des figures clefs pour faire proclamer la Décennie Internationale pour une Culture de Non Violence et de Paix pour les Enfants du monde (2001-2010). Il a fondé le mouvement Global Movement for the Culture of Peace (Mouvement Global pour une Culture de Paix) à New York.

En 2003, l’université Soka de Tokyo lui a remis un Doctorat Honoraire pour ses travaux sur les questions de la Femme, les Droits de l’enfant, la culture de Paix et le renforcement des Nations Unies. Anwarul K. Chowdhury a aussi reçu le prix U Thant pour la Paix et la Médaille d’or Gandhi de l’UNESCO pour la Culture de Paix, la UN award and University of Massachusetts Boston Chancellor’s medal for Global Leadership for Peace (la médaille du Chancelier pour la Paix de l’Université de Massachusetts Boston).

Hildegard Goss-Mayr, Prix Niwano de la Paix 1991

 

Hildegard Mayr est née à Vienne en 1930. Elle est un grand témoin de la non-violence dans le monde.

Elle est la Présidente d’honneur de l’IFOR/MIR (International Fellowship of Reconciliation/Mouvement International de la Réconciliation).

Elle a trouvé les racines de son engagement pour la non-violence et la paix pendant la Seconde Guerre mondiale, au milieu des souffrances infligées aux êtres humains sous le régime nazi, elle refuse de se plier à la soumission au pouvoir. Pendant cette période, elle a appris de son père, Kaspar Mayr, l’unité de tous les hommes, de toutes les races, de toutes les religions et le respect des autres, aussi bien amis qu’ennemis.

Dans les années 1950, elle participa, au sein d’IFOR, au dialogue Est-Ouest. Dans les années 1960 et 1970, elle se rendit à plusieurs reprises avec son mari, Jean Goss, en Amérique latine, au Brésil et au Mexique où ils vécurent. Elle participa avec Adolfo Pérez Esquivel à la fondation du SERPAJ.

Entre 1984 et 1986, elle se rendit avec son mari Jean Goss et avec Richard Deats aux Philippines pour donner de nombreux séminaires de formation à la non-violence qui débouchèrent sur la Révolution du People Power, conduite en 1986 par Cory Aquino.

Hildegard Goss-Mayr a formé beaucoup de groupes à la non-violence et la paix en Europe, en Amérique Latine et en Amérique du Nord, en Asie et en Afrique.

Samuel Kobia, Ancien Secrétaire général du Conseil Œcuménique des Eglises

 

Samuel Kobia est né à Miathéne, Meru (Kenya) en 1947.

Pasteur méthodiste kenyan, il a été secrétaire général du conseil œcuménique des Eglises de 2004 à 2009.

Engagé dans la Commission du Programme de lutte contre le racisme du COE (1984-91), participe à la création du Nairobi Peace Group (1987), il participe aux pourparlers de paix au Soudan (1991) et préside le Groupe nationale d’observation des élections au Kenya (1992). Il est directeur exécutif de l’unité « Justice Paix et Création » du COE (1993-99)

Dalai Lama, Prix Nobel de la Paix 1989

 

« Nous ne devrions pas considérer la non-violence comme un signe de faiblesse mais comme un signe de force » le Dalaï Lama.

Né en 1935 dans un petit village au nord-est du Tibet, le Dalaï Lama avait 4 ans lorsqu’il quitte le foyer familial et se fait introniser en 1940. Deux ans plus tard il débute sa formation et prépare ses futures fonctions en tant que chef de l’Etat tibétain et chef spirituel du monde bouddhiste.

À l’âge de 15 ans il devient chef de l’Etat tibétain, dans un contexte de lutte contre l’invasion chinoise. Au cours de son règne il cherche à apaiser les tensions avec Pékin. Cette recherche d’un règlement pacifique de la question devient la lutte de toute sa vie. La situation empire, et le Dalai Lama et des milliers de tibétains doivent fuir leur terre natale en 1959. Il est accueilli en Inde et réside à ce jour à Dharamsala, où est installé le gouvernement tibétain en exil. Selon son propre souhait, il ne retournera au Tibet que lorsqu’il pourra y garantir le bonheur des tibétains.

Véritable ambassadeur de paix, le Dalaï Lama n’a de cessé de promouvoir les valeurs humaines et l’harmonie entre les peuples et les religions, l’enseignement de la sagesse, de la bonté et du bonheur intérieur, première clef de voûte pour la construction d’un monde meilleure.

Mairead Maguire, Prix Nobel de la Paix 1976

 

Mairead Maguire (aussi connue sous le nom de Mairead Corrigan) est une activiste irlandaise militante pour la paix. En 1976 une voiture où se trouvait ses trois neveux se fait écraser lors des violences religieuses qui agitent alors le pays. Avec Betty Williams (également lauréate du Prix Nobel de la Paix en 1976) elle organise très rapidement diverses manifestations à succès appelant à la réconciliation entre catholiques et protestants. Le mouvement prend le nom de Women’s Peace Movement (Mouvement des femmes pour la paix)

Elle est la co-fondatrice de Peace People (Communauté de Peuple de Paix), une organisation qui tente d’encourager une résolution pacifique des conflits.

En 2006, Corrigan a été l’une des fondatrices de Initiative des Femmes Nobel avec des sœurs Lauréates du Prix Nobel de la Paix. Six femmes représentant l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud, l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, décidées à apporter ensemble leurs expériences dans un effort uni pour la paix avec justice et égalité. C’est le but de Initiative des Femmes Nobel d’aider à renforcer le travail fait en soutien des Droits des Femmes dans le Monde.

Elle manifeste également en Palestine contre les colonies israéliennes et est blessée par un projectile à Bil’in en 2007.

Depuis qu’elle a reçu le Prix Nobel, Mairead Maguire a dédié sa vie à la promotion de la paix dans le monde, en promouvant le dialogue, la non violence et la réconciliation entre des peuples divisés.

Cardinal Renato Martino, Ancien Président du Conseil Pontifical Justice et Paix

 

Le Cardinal Renato Martino est un cardinal italien né à Salerno en 1932. Il a un Doctorat en Droit Canon. Après ses études, il est entré au Service de la Diplomatie Vaticane et a été nommé Nonce dans différents pays. En 1986, il a été nommé Observateur Permanent du Saint-Siège à l’ONU.

Au long de sa carrière il a tenu de nombreux postes importants : comme Représentant du Pape Jean-Paul II, dans de nombreuses Conférences Internationales dont la Conférence Internationale sur les Populations et le Développement, la Conférence Mondiale de la Femme à Pékin.

Le Cardinal Renato Martino est Président du Conseil Pontifical pour la Justice et la Paix et président du Conseil Pontifical pour la Pastorale des Migrants et des Personnes déplacées.

Dans le cadre de ses fonctions, le cardinal Renato Martino est intervenu notamment : en faveur des enseignements de l’église pour la vie, comme Observateur du Saint-Siège aux Nations-Unies, il obtient un refuge pour les réfugiés Tutsis du Rwanda. En 2007, à la Conférence d’Annapolis sur le Moyen-Orient, il a mené des contacts à un niveau élevé avec palestiniens et israéliens.

Le Cardinal a démissionné de ses fonctions en Octobre 2009, mais il reste membre de quelques administrations vaticanes comme le Conseil Pontifical Cor Unum pour la promotion Humaine et Chrétienne.

La reine Noor de Jordanie

 

La Reine Noor de Jordanie est une américaine d’origine syrienne et suédoise née à Washington.

Comme architecte et urbaniste, elle a contribué au développement dans différentes parties du monde (Asie, Afrique, Amérique Latine). Pendant qu’elle travaillait en Jordanie, elle a rencontré le roi Hussein. En 1978, après sa conversion à l’islam, elle devint la quatrième épouse du roi Hussein.

Après son mariage, la Reine Noor a joué un role trés actif sur la scène internationale. Particulièrement en aidant à l’échange et la compréhension dans les relations entre arabes et occidentaux. Elle est impliquée dans de multiples activités de lutte contre la pauvreté et le désarmement dans le cadre duquel elle a notamment négocié avec les chefs de la guérilla colombienne. La Reine Noor de Jordanie s’est concentrée spécialement , dans la dernière décade passée, sur le Moyen-Orient avec les Programmes d’éducation, des Droits de l’Homme et culturels en accord avec les organisations des Nations Unies.

Elle a présidé la Fondation Internationale Roi Hussein (KHFI) pour promouvoir les programmes d’éducation, d’autorisation économique,de tolérance et de Culture à travers des programmes nationaux, régionaux et internationaux.

Elle a été honorée par de nombreux prix et et Doctorats Honoris Causa en Relations Internationales.

Adolfo Pérez Esquivel, Prix Nobel de la Paix 1980

 

Adolfo Pérez Esquivel est un artiste et architecte argentin né en 1931. Dès 1960 il s’engage pour le développement social par la libération non-violente.

À la suite du coup militaire de 1976, Pérez Esquivel est un activiste connu opposé à tout type de violence.

En 1974, Adolfo Pérez Esquivel est choisi comme Coordinateur Général pour le réseau des communautés Latino-Américaines pour promouvoir la libération des pauvres par des moyens non-violents. En 1976, Il a contribué à la formation et au financement de relations entre des organisations populaires de défense les Droits de l’Homme et de soutien des familles de victimes. Il a créé le SERPAJ (Service Paix et Justice) instrument majeur pour la défense des Droits de l’homme. Il fait le tour de l’Amérique latine pour rassembler et développer le réseau.

Adolfo Pérez Esquivel est arrêté, jeté en prison et torturé en 1977. Pendant son incarcération, il reçoit le Prix Nobel de la Paix pour ses efforts dans la Défense des Droits de l’Homme en Amérique Latine.

Andrea Riccardi, Fondateur de la Communauté de Sant’Egidio

 

Andrea Riccardi est né à Rome en 1950. C’est un homme politique, théologien, historien, professeur d’université.

En 1968, étudiant âgé de dix-huit ans, il fonde la Communauté de Sant’Egidio en réunissant un groupe de lycéens dans le but d’écouter et de mettre en pratique l’évangile, en référence à la première communauté chrétienne et à Saint François d’Assise, à travers une même spiritualité.

Depuis sa création la Communauté Sant’Egidio s’est développée et compte actuellement 70.000 membres répartis dans 70 Pays sur les cinq continents. La communauté s’engage pour des actions pacifistes dans des régions du monde touchées par des conflits : négociation avec les Druzes en 1980, en Albanie en 1987 pour promouvoir les élections démocratiques de 1987, négociations entre la guérilla et le pouvoir au Guatemala.

Il est également fortement engagé au service des pauvres, dans le dialogue interreligieux, dans le travail pour la paix et la justice avec la communauté de Sant’Egidio. Dans le gouvernement Monti il est ministre de la Coopération internationale et de l’intégration.

Andrea Riccardi a reçu plusieurs prix étrangers (USA, Japon, Allemagne), il est Docteur honoris causa de plusieurs universités et a reçu les insignes de Commandeur de la Légion d’honneur en 2012.

Desmond Tutu, Prix Nobel de la Paix 1984

 

« La Paix entre les Peuples est la seule voie possible » (Mgr Desmond Tutu)

Né en 1931, Mgr Desmond Mpilo Tutu est un archevêque et théologien anglican sud-africain mondialement connu comme opposant à l’apartheid.

Souhaitant tout d’abord devenir médecin, les études sont trop coûteuses pour ses parents. Il est enseignant au Collège Bantou Normal entre 1954 et 1957 mais démissionne pour protester contre la mauvaise qualité de l’éducation que reçoivent les Noirs.

Il s’oriente alors vers la théologie. Il devient le premier sud-africain noir à être nommé doyen du diocèse de Johannesburg en 1975. Il devient premier le Secrétaire Général noir du Conseil Général des Églises d’Afrique du Sud.

Il dénonce les violations des droits de l’homme dont le régime de l’apartheid fait preuve : il organise des protestations contre la ségrégation, des campagnes de boycottage, il milite pour les écoles communes. Sa pastorale s’appuie sur l’appel à l’amour du prochain, au pardon, à la réconciliation.

En 1995, Mgr Desmond Tutu est nommé Président de la Commission Vérité et Réconciliation d’Afrique du Sud par Nelson Mandela.

Federico Mayor Zaragoza, Président de la Fondation Cultura de Paz (Espagne)

Federico Mayor Zaragoza, né à Barcelone en 1934, est un homme de lettre et politicien espagnol.

En 1987 Il fut élu Directeur Général de l’UNESCO. Sous son mandat il développa le programme de culture de la paix et a aussi pris l’initiative de faire déclarer les années 2001-2010 Décennie Internationale pour la Promotion d’une Culture de Paix et de Non-Violence au profit des enfants du monde (10 Novembre 1998).

Après ses deux mandats comme Directeur Général de l’UNESCO, il est retourné en Espagne où il créa la Fondation d’une culture de Paix en 2000  dont il fut le Président.

En 2005, Federico Mayor Zaragoza a été nommé Président du Groupe d’Experts du Conseil Européen de la Recherche (ERCEG). Il a été Président d’honneur de l’Académie de la Paix.

Elise Boulding, Ecrivaine (1920-2010)

 

Elise Biorn-Hansen Boulding (1920-2010) était une sociologue Quaker américaine.

Née à Oslo où elle habitait pendant l’invasion allemande de la deuxième guerre mondiale, elle devint après une activiste fortement engagée contre la guerre. Convaincue qu’il n’y avait pas de place pour la violence, elle clamait que seul la paix pourrait résoudre les problèmes du monde.

Élue Présidente du Département de Sociologie du Collège de Darmouth dans le Colorado, elle développa le Premier Programme National d’études de Paix.

Elise Boulding a occupé de nombreuses fonctions de direction dans des organisations de Paix et de Justice Sociale telles que la Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté. A partir de cette direction elle créa l’association Internationale de Recherche de Paix pour travailler avec les Nations Unies. Ses travaux écrits aux thèmes variés mettent l’emphase sur le rôle des femmes et des familles dans le processus de paix.

Dans sa vie personnelle, elle a rencontré la Société Religieuse des Amis (Quakers) qui fut d’une grande influence sur elle. Sa Foi Quaker joua un rôle vital dans son développement comme sociologue et activiste de Paix.

Marshall B. Rosenberg, Fondateur du Centre pour la Communication Non Violente (Etats-Unis) (1934-2015)

 

Marshall B. Rosenberg est un psychologue américain né en 1934. En 1961, Il obtient son Doctorat de Médecin en Psychologie Clinique à l’Université du Wisconsin-Madison.

Marshall B. Rosenberg est le fondateur et Directeur du Centre de Communication Non-Violente qui est un centre de formation à la Médiation, situé à Albuquerque. Il est donc célèbre pour ses travaux de résolution des conflits par un système de vie au service de la communication Non-Violente.

Il a offert des formations à la médiation à des communautés travaillant à libérer des écoles et des institutions de la ségrégation. Pour cela, il a travaillé avec les personnels des services publiques tels que : santé, police, armées etc.

Depuis 2004, on trouve les formations en communication dans plusieurs parties du Monde (Europe, Amérique du Nord, Asie, Australie). Des Militants pour la Paix ont utilisé ses méthodes de Communication Non-Violente dans les pays déchirés par la guerre et défavorisés économiquement à travers le Monde. Marshall Rosenberg laisse derrière lui un réseau mondial de la communication non-violente qui diffuse cette méthodologie, véritable vecteur de changement social et de paix.

Docteur Joseph Rotblat, Lauréat du Prix Nobel de la Paix 1995 (1908-2005)

 

Joseph Rotblat (1908-2005) était physicien Polonais, Assistant du Directeur de l’Institut de Physique Atomique de l’Université Libre de Pologne jusqu’en 1939. Avec le déclenchement de la deuxième guerre mondiale, il s’exile en Angleterre et est naturalisé britannique.

En 1944 il participe avec d’autres Scientifiques au Projet Manhattan sur le développement de la première Bombe Atomique. Il quitte le Projet Manhattan avant la destruction d’Hiroshima. En 1955 il fait la démonstration de la contamination causée par le déclenchement des Essais Nucléaires. Ses travaux sur les retombées radioactives contribuèrent largement à l’accord sur le Traité partiel d’interdiction des Essais Nucléaires. Il devient le plus important critique de la course aux armements et fonde le Mouvement Pugwash dont le but est le désarmement Nucléaire.

Malgré le Rideau de fer et la Guerre froide, il tente d’établir des liens entre les scientifiques de l’ouest et de l’est.

En 1960, Il rejoint Einstein, Oppenheimer et d’autres Scientifiques pour fonder l’Académie de l’art et des Sciences. Outre le Prix Nobel de la Paix il recoit le Prix Einstein pour la Paix en 1992.


Traduire le site

ArabicBosnianChinese (Traditional)EnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanishTurkishXhosa

Que recherchez-vous?