Accueil du site | Accessibilité | Rechercher | Menu | Contenu | Plan du site | | Contact

[en] [fr]

 
Statistiques du site
Visites :
203 visiteur(s) connecté(s)
104 visiteurs par jour
112339 visiteurs depuis le début
Publication :
253 Articles
68 Brèves
0 Sites référencés

Bilan 1ère Edition de la Quinzaine nigérienne de la non-violence et de la paix

24 avril 2013 - Dernier ajout 25 avril 2013
par secretariat

La Coordination nigérienne pour l’éducation à la non-violence et à la paix fait le bilan sur la quinzaine nigérienne de la non-violence et de la paix, qui s’est déroulée du 21 septembre au 2 octobre 2012.


Le Contexte

En 2001, l’Assemblée générale des Nations-Unies a unanimement adopté la résolution 55/282, établissant le 21 septembre comme Journée annuelle de non-violence et de cessez-le-feu et pour ainsi dire comme Journée Internationale de la Paix.

C’est dans ce cadre que la Coordination nigérienne pour l’éducation à la non violence et à la Paix (CONEN-VP-NIGER), créée en 2007, et qui comprend une douzaine d’associations, s’est proposée d’organiser du 21 septembre au 2 octobre 2012 plusieurs activités. Parmi celles-ci : il y a eu le lancement de la première édition de la Quinzaine nigérienne de la non-violence et de la paix, des conférences-débats, des déclarations, des activités culturelles, des séances de sensibilisation et de formation sur la promotion de la non-violence et de la paix dans les domaines sportifs et éducatifs.

Lancement de la 1ère Quinzaine nigérienne de la non-violence et de la paix 

Elle s’est déroulée le 22 septembre dernier, au Palais du 29 juillet, sous le parrainage de M. Adamou Imérane Maïga, Commissaire à l’organisation des grands évènements (COGE). Cette activité a permis de sensibiliser et former les participants sur les concepts de la non violence et de la paix.

La promotion de la non violence dans le secteur sportif 

Le sport joue un rôle de mobilisation, de socialisation, d’unification et de rassembleur. Le terrain sportif est donc un excellent cadre pour partager, échanger et sensibiliser sur les valeurs de paix et de la non violence. La Coordination nigérienne s’est rendue au siège de la FENIFOOT pour rencontrer les supporteurs afin de leur rappeler le rôle important qu’ils ont à jouer pour une paix durable mais aussi pour éviter toute forme de violence dans le cadre sportif. Tous se sont engagés à dégager du cadre sportif toute velléité de violence, d’insécurité et d’incompréhension mais aussi à aider ‘‘sportivement’’ à la promotion du sport qu’ils aiment tant.

La promotion de la non violence et de la paix à l’école

  L’un des évènements ayant marqué cette quinzaine est le déplacement de la Coordination nigérienne à Kollo. Ils ont pu y rencontrer des responsables administratifs, ceux de l’éducation, les parents d’élèves et les élèves pour leur parler de la non violence à l’école et bannir la violence, que ce soit la violence entre les élèves eux-mêmes, la violence des maîtres envers leurs élèves ou la violence des parents vers leurs enfants. Ils leur ont rappelé que "les enfants sont notre part d’éternité, ils sont porteurs des changements à venir pour l’avenir de notre humanité". De plus, par expérience la Coordination nigérienne considère que l’éducation à la non-violence et à la paix permet d’améliorer durablement le climat général des établissements scolaires et ainsi de réduire les phénomènes de micro-violence et de violences plus sévères. Ils ont donc préconisé d’’introduire officiellement un programme de formation à la non-violence et à la paix à tous les niveaux du système éducatif, dès l’école maternelle, avec un programme prévoyant des horaires, une progression, des outils et des méthodes pédagogiques. La Coordination nigérienne a aussi informé de l’importance d’une formation à la gestion des conflits pour tous les enseignants et les adultes travaillant sur un site scolaire. Les différentes réactions et questions lors de cette rencontre étaient positives et la Coordination nigérienne a eu l’impression que le message pour la non violence et la paix a été bien accueilli.

Texte rédigé selon le rapport de :

GARBA ILLOU ALMOCTAR


calle

calle