Accueil du site | Accessibilité | Rechercher | Menu | Contenu | Plan du site | | Contact

[en] [fr]

 
Statistiques du site
Visites :
14 visiteur(s) connecté(s)
26 visiteurs par jour
114436 visiteurs depuis le début
Publication :
253 Articles
68 Brèves
0 Sites référencés

Stop au cyber-harcèlement

23 mai 2013 - Dernier ajout 5 juin 2013
par secretariat

Phénomènes nouveaux, le harcèlement et les discours de haine sur internet prennent de l’ampleur.


Insultes sur les réseaux sociaux, création de pages Facebook pour discriminer une personne ou un groupe, incitation à la haine à travers des vidéos, les exemples sont nombreux et peuvent avoir des conséquences graves. Pour lutter contre ces nouvelles formes de violence, l’UNESCO, le Conseil de l’Europe et les instances politiques s’interrogent sur comment faire de la prévention, notamment auprès des jeunes.

Le cyber-harcèlement, c’est quoi ?

Le ministère de l’Education française a mis à disposition un site relatant les différentes formes que peut prendre le cyber-harcèlement :
- les intimidations, insultes, moqueries ou menaces en ligne
- la propagation de rumeurs
- le piratage de comptes et l’usurpation d’identité digitale
- la création d’un sujet de discussion, d’un groupe ou d’une page sur un réseau social à l’encontre d’un camarade de classe
- la publication d’une photo ou d’une vidéo de la victime en mauvaise posture

Selon une enquête nationale réalisée par le sociologue Eric Debarbieux, près de 9% des enfants déclarent avoir subi un surnom méchant, une humiliation ou une insulte via Internet. « J’ai été harcelé sur internet par plusieurs filles, témoigne Nanella sur un site internet. Elles m’envoyaient des messages sur Facebook, disant que j’étais laide, stupide et que je ne méritais pas de vivre. »

Le Conseil de l’Europe a lancé une campagne « les jeunes contre les discours de haine en ligne » afin de sensibiliser les jeunes à cette problématique et les inciter à dénoncer ce type de violence. La campagne a débuté le 21 mars 2013 et prendra fin en avril 2014. Une année où des jeunes Européens, âgés entre 13 et 30 ans, vont prendre part à des activités en ligne et hors ligne afin de plaider contre les discours de haine dans le cyberespace. « Vous êtes les pionniers et les propriétaires de cette nouvelle dimension, vous en êtes aussi les gardiens  », a déclaré le secrétaire général du Conseil de l’Europe, Thorbjorn Jagland, à l’adresse des jeunes. L’objectif est de « créer une sorte de mouvement parmi les jeunes qui va casser le silence autour de ces problèmes », a expliqué Tina Mulcahy, directrice du Centre européen de la jeunesse.

La problématique est aussi étudiée par l’UNESCO qui organise le 24 mai 2013 au Monténégro une table ronde "Répondre aux discours de haine en ligne : Le rôle des mécanismes assurant la responsabilité des médias", avec notamment pour objectif de discuter des résultats d’une enquête nationale concernant l’étendue et la nature des discours haineux en ligne au Monténégro. L’harcèlement est une des priorités en matière d’éducation à l’UNESCO. La directrice générale, Irina Bokova, lors de la journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie du 17 mai 2013, tint le message suivant : « Le harcèlement homophobe [...] est cause de souffrances qui poursuivent les individus en dehors de la classe, sur internet, et jusqu’à l’âge adulte […] Les droits humains ne sont pas seulement pour quelques-uns, ils sont universels et pour avoir un sens, ils doivent être partagés par tous. Lorsque les droits humains sont en jeu, nous devons nous élever ensemble, ou ne pas nous élever du tout. »


calle

calle