Tag Archives: Gambie

  • 0

Les Gambiens contre la dictature

Tags : 

Cela faisait 22 ans que le dictateur Yahya Jammeh était au pouvoir en Gambie. La victoire de Adama Barrow validée par les Nations Unies en a choqué et réjoui plus d’un lorsqu’il a remporté les élections présidentielles de décembre 2016. Après avoir félicité son successeur, une semaine plus tard Jammeh prétendait que les élections avaient été falsifiées, dénonçant des « anomalies » du processus électoral et réclamant des élections « neuves et transparentes ». Son annonce a survenu après qu’un responsable de la nouvelle coalition au pouvoir a déclaré que Jammeh serait jugé pour ses crimes moins d’un an après avoir fait passé les rênes du pouvoir en janvier 2017. Le président Jammeh est accusé d’avoir commis de nombreuses représailles le long de son mandat, notamment d’avoir emprisonné, torturé et tué des opposants au régime.  Suite à la déclaration de l’ex-président sortant, le porte parole de l’opposition Isatou Touray a dénoncé sur les médias sociaux une violation de la démocratie et en a appelé au peuple de « demeurer calme, lucide, vigilant ».

La résistance au régime a été plutôt disparate le long des 22 ans de règne de l’autoritaire Jammeh, avec des épisodes sporadiques de résistance comme une période de révolte étudiante en 2000 au cours de laquelle 14 personnes avaient été tuées par la police. Quelques mois avant les élections certains manifestants se rendaient à la Cour avec des balais en guise de protestation pour « balayer la corruption », se débarrasser de la souillure du régime. La non-reconnaissance du résultat par Jammeh a été vécue par de nombreux gambiens comme la goutte d’eau de trop qui mettait en péril le sursaut démocratique tant attendu d’une population qui avait réussi à briser le cercle de la peur en votant pour Barrow. Ainsi l’opération Diya Kuya (que vous le vouliez ou pas) a été lancée sur les réseaux sociaux pour mobiliser la population et proposer une source alternative d’information lors de la période transitionnelle incertaine. Le hashtag #GambiaHasDecided a fait son apparition, des t-shirts portant cette mention ont été utilisés. « Nous devons continuer à organiser et à faire des actions », a déclaré Muhammed, l’un des organisateurs du mouvement. « Les pétitions, les actions de photos des médias sociaux, les protestations, les dialogues – nous ne devons pas ralentir nos efforts. » De nombreuses initiatives ont parcouru le pays, notamment des professeurs des Universités qui ont boycotté les cours suite aux allégations de Jammeh sur les élections supposément frauduleuses. Aussi certains ministres ont soumis des lettres de démission au gouvernement de Jammeh.

De nombreux observateurs craignaient un débordement de violences, près de 45 000 personnes se sont alors rendues au Sénégal depuis décembre selon l’ONU. L’ECOWAS (la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) avait promis une aide militaire dans l’éventualité où Jammeh souhaiterait troubler l’inauguration de son successeur. Des troupes furent déployées dans le petit pays pour l’inauguration afin d’assurer un bon déroulement de la succession. Après un départ du pays pour assurer sa protection le président entrant est retourné en Gambie sous les applaudissements de la foule pour débuter son mandat en janvier 2017. Le président évincé se trouve en Guinée Equatoriale selon les dernières nouvelles à ce sujet. La transition politique risque d’être difficile dans un pays où les institutions sont fragiles et peu fonctionnelles. Les porte paroles des droits de l’homme se félicitent de la transition et proclament l’avènement d’une démocratie tant espérée.

Informations reprises et traduites d’un article de Waging Non Violence et d’un article sur le Guardian.

Twitter/@antoniolarotta


Traduire le site

ArabicBosnianChinese (Traditional)EnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanishTurkishXhosa

Que recherchez-vous?